Skip to content

La solitude, une fatalité ?

Pour connaître les nouvelles de notre réseau, abonnez-vous à la newsletter qui déride !

La solitude, une fatalité ?

Les Petits Frères des Pauvres ont mené une étude au sujet de la solitude chez les personnes âgées, en 2017. Celle-ci a montré que 300 000 Français de plus de 60 ans se trouvent en situation de solitude profonde. Ce qui signifie, dans cette étude, “ne rencontrant jamais ou très rarement d’autres personnes”. Au sein de cette tranche d’âge, plus d’une personne sur trois ne sort pas tous les jours de son domicile. Et 900 000 personnes sont isolées de leurs cercles familiaux et amicaux. Éloignement géographique ou impossibilité de se déplacer, cette solitude est un vrai drame pour les personnes âgées dont la santé psychique repose sur des liens maintenus avec un entourage de confiance.

La crise sanitaire que nous vivons actuellement est exemplaire à ce sujet. Confinés, nous sommes tous confrontés à ce sentiment de solitude et tous, nous nous retrouvons confrontés à nous-mêmes. Mais l’effet pervers de ce confinement peut être accentué chez les seniors. Bien que nous n’ayons pas encore le recul des chiffres, les professionnels des établissements pour personnes âgées alertent déjà sur les conséquences de cet isolement forcé. Le moral, et donc la santé physique et psychique des plus âgés en porte de lourdes séquelles.

Comme aux autres moments de la vie, l’avancée en âge est mieux vécue lorsque l’on est choyé par un entourage présent et attentionné. À l’inverse, se retrouver seul à l’heure du vieillissement est une double épreuve, qui tend à accélérer la fragilité des personnes âgées.  Elle peut alors accroître les signes de dépression, stress, anxiété, perte d’autonomie et autres troubles.

Un mal pour un  bien ?

L’homme n’est-il pas, en effet, un animal social ? Il naît, grandit, se construit au sein d’une communauté qui forge son identité : famille, école, clubs, associations lui permettent de révéler sa personnalité. Et il est vrai que tout au long de notre vie, nous nous épanouissons à l’ombre, ou à la lumière, du regard des autres. Le besoin de relations est constant, quel que soit notre âge.

Pour autant, la solitude peut être très bénéfique et constructive, parfois même nécessaire. Ne dit-on pas qu’il faut, régulièrement, prendre le temps de se retrouver, de se recentrer, pour ne pas se perdre soi-même dans le collectif ? La solitude possède une vraie richesse. Elle peut être l’occasion de cultiver sa personnalité pour, in fine, améliorer ses relations : écrire, lire, méditer, écouter, regarder, dessiner, peindre, jardiner, se ménager, se promener… De multiples activités permettent de cultiver et d’habiter la solitude plutôt que de la fuir ou la subir.

Solitude ou isolement ?

Bien sûr, il faut distinguer : la solitude et l’isolement sont deux choses différentes. La solitude est plutôt de l’ordre du sentiment donc subjectif. Tandis que l’isolement est un état de fait mesurable en nombre de contacts avec autrui. C’est pourquoi l’étude effectuée par les Petits Frères des Pauvres distingue différents niveaux de solitude. Elle montre que l’on peut être plus ou moins isolé : du cercle familial, du cercle amical, du voisinage, du cercle associatif.

On peut donc ressentir de la solitude alors que l’on n’est pas isolé… N’oublions pas de prêter une oreille attentive au ressenti et au besoin exprimé par une personne âgée.

Ce phénomène peut arriver en toute situation. Les personnes âgées qui vivent chez elles peuvent tomber dans l’écueil de l’isolement. Continuer de vivre chez soi permet de conserver ses repères, mais cela peut aussi être un facteur de solitude : voisinage absent ou inconnu, famille éloignée…
De la même manière, si les maisons de retraite et autres établissements ont l’avantage de proposer à leurs résidents une vie en communauté, les contacts qu’ils offrent n’exemptent pas les personnes âgées de ce sentiment de solitude. Les solutions alternatives, technologiques ou autres sont sans commune mesure avec une relation humaine approfondie.
Quel que soit le lieu où elles vivent, les personnes âgées ont besoin d’être entourées, et les liens de qualité maintenus précieusement.

Comment surmonter ce sentiment de solitude ?

Les évènements qui provoquent cette solitude sont nombreux : perte du conjoint, isolement amical et familial, dissolution des liens, déplacements difficiles.

Si l’on accompagne une personne âgée mais que l’on ne peut se rendre suffisamment présent pour elle, il faut absolument trouver des relais pour pallier la solitude ressentie.

Pourquoi ne pas lui offrir, par exemple, un animal de compagnie : solitude moindre, occupation, sortie, l’animal est occasion d’activité et dynamise le quotidien. Il est important de l’inciter à maintenir un contact avec la vie extérieure : se promener régulièrement, faire ses courses, rencontrer ses voisins…
Lorsque la condition physique et psychique le permet, il est bon de s’inscrire à des activités, d’intégrer un groupe. Les cercles de lecture, groupes de jeu, cours en tout genres sont un soutien précieux pour les personnes âgées.

Cela ne remplace pas, en revanche, ce que nous pouvons faire nous-même, entourage des personnes âgées : leur rendre visite, le plus possible, ou leur téléphoner pour prendre des nouvelles.

Un coup de fil, même très court, égaye une journée et permet de maintenir le lien, en montrant que l’on se soucie de la personne.
Entourer les personnes âgées peut également passer par une invitation à déjeuner, un accompagnement dans les courses ou la promenade, une aide dans les tâches ménagères.

Maintenir le lien intergénérationnel est primordial dans une société, et au sein d’une famille : nos aînés ont besoin de nous, comme nous avons eu, et avons encore besoin d’eux. Aucun appel, aucun palliatif technologique ne peut remplacer la richesse du lien humain.

On ne peut pas toujours se rendre disponible pour entourer suffisamment une personne âgée demandeuse. Les obligations professionnelles, familiales, etc… nous rendent parfois moins disponible que nous ne voudrions… En faisant intervenir une autre personne dans l’entourage de votre aîné, vous dynamiserez son quotidien, vous allègerez le vôtre et surtout, cela rejaillira très positivement sur votre relation.

Retrouvez nous sur

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur LinkedIn
Share on email
Partager par email